Long Island: Hog Cay

Hog Cay  
23.60445° N  075.34338° O

Le 29 janvier nous avons repris la route pour nous rendre à Calabash Bay, au nord de l'ile, avec un vent portant de 9 à 14 nœuds. Down north je vous disais! Ce fut, de loin, notre plus belle journée de voile depuis bien longtemps. Nous en avons même profité pour déterrer le spi du fond de la chambre et lui faire prendre l’air!
sailing spinnaker
En route pour Calabash Bay avec Léane1
sailing spinnaker
Rien d'autre que le bruissement de l'eau sur la coque. Viva le spinnaker!
voile ciseau
Léane1 plein vent arrière
Après quelques jours à Calabash Bay, nous nous sommes dirigés vers Hog Cay où nous espérions trouver une meilleure protection contre la houle. Michel espérait aussi aller faire un peu de kite sur les grandes étendues sablonneuses de Joes Sound et Glinton Sound juste à l’est du mouillage. Avant de lever l’ancre, nous avons remarqué que nous avions un invité sous le bateau, une grande ombre foncée passait de bâbord à tribord au rythme des déplacements de M sur son ancre. Ce n’est pas la première fois que M se transforme en récif, mais nous ne nous attendions à être adopté par un barrucada…

barracuda
Il n'a même pas bronché lorsque nous avons démarré le moteur
En arrivant à Hog Cay, quelle ne fut pas notre surprise d’être accueillis par un dauphin qui est venu jouer dans l’étrave! Il est repassé avec trois autres de ses amis un peu plus tard dans la journée. Michel aurait bien voulu aller leur dire un petit bonjour, mais par le temps qu'il trouve ses palmes, la troupe s'en était allée.

dolphin sailboat

Le récif juste à l’ouest du mouillage est magnifique. Il n’est pas particulièrement grand, mais la variété de poissons et de coraux est fantastique. Nous avons passé pas mal de temps à l’explorer et Michel en a profité pour améliorer ses techniques de chasse sous-marine. J'ai préféré chasser des images.

hog cay reef
hog cay reef
hog cay reef
Récif de Hog Cay
En remontant Joes Sound, il y a des mangroves et un blue hole à explorer. Malheureusement, le fond de l’eau est pleins de sédiments et chaque battement de palmes soulève une fine couche de poussière blanche qui reste en suspension et brouille l'eau. Nous n’avons donc pas vu grand-chose à part des pêcheurs de bonefish.

Le bonefish est aux Bahamas ce que le saumon est aux rivières de la Gaspésie. Il y a ici une importante économie qui s’est développée autour de sa pêche. Le bonefish, poisson argenté presqu’invisible dans l’eau miroitante, est pêché à la mouche dans les grandes étendues sablonneuses de Long Island. Certains pêcheurs préfèrent se tenir directement dans l’eau, comme dans nos rivières, d’autres utilisent de petites embarcations. Un guide se tient sur une plate-forme surélevée et, avec une longue perche, manœuvre le bateau, le moteur étant éteint pour ne pas effrayer les poissons. On se croirait presqu’à Venise! La rencontre avec de telles embarcations dans les mangroves est irréelle, le guide étant entièrement vêtu de blanc et semblant flotter par-dessus les arbustes. Une fois le poisson attrapé, le pêcheur fera une photo souvenir et lui dira à la prochaine; toutes les prises doivent être remises à l’eau.

Pierre-Luc et Isabelle d'Océane en route vers le blue hole
Aide à la navigation en chemin... oui c'est du rebar! Je ne voudrais pas passer ici la nuit. Ouch!
bonefishing
Mangrove tout près du blue hole
bonefishing bahamas
Bonefishing: pêcheur et son guide
Michel n’a finalement pas sorti son kite, le vent étant ce qu’il est, mais nous avons quand même profité des bancs de sable de Joes Sound pour nous prélasser dans des piscines naturelles laissées derrière par la marée qui se retire. L’endroit est franchement splendide et mérite d’y passer quelques jours.

long island bahamas
long island bahamas
long island bahamas
Bancs de sable et piscines naturelles
Certains bateaux plus courageux ou arrivés à l'étale et par vents nuls, vont même s’ancrer dans la rivière qui borde les étendues sablonneuses. La passe doit faire une quarantaine de pieds de large tout au plus et est bordée par des récifs. En dinghy c’est bien amusant, mais je ne crois pas que nous aurions le courage d’y faire passer M; un faux mouvement et ce n’est pas la quille qui frotte le fond, c’est la coque qui cogne contre du corail acéré.

long island bahamas
long island bahamas
long island bahamas
Voici la passe pour accéder au mouillage de Joe Sound
Nous serions bien resté plus longtemps, mais il y avait encore le Cap Santa-Maria à visiter et une épicerie à faire à Georgetown. Le mail boat arrive le lundi vers midi, alors pour mettre la main sur des denrées fraiches, il vaut mieux être en ville assez tôt le mardi. Si quelqu’un nous avait dit que nous organiserions notre horaire en fonction des arrivages de lait, de pain et de légumes frais nous aurions bien ris, mais c’est comme ça ici.

Comments

Popular Posts