Exumas: Normans Pond Cay

Leaf Cay
23.78444°N 076.12820°O

Avant de quitter Georgetown, Johanne et Luc (Léane1) nous avaient parlé d’un superbe récif où ils avaient aperçu une raie manta. L’endroit était situé à quelques milles de notre mouillage de Lee Stocking Island. Inutile de dire que nous avions bien hâte d’aller explorer les environs. Nous sommes donc partis à marée haute avec l’équipage d’Océane pour aller jeter l’ancre un peu plus nord, juste à côté de Leaf Cay.

Nous avons facilement trouvé le récif sur la pointe nord-est de Normans Pond Cay. Le marqueur jaune qui délimite les rochers est visible de très loin. Une fois sur place, il n’y avait pas de trace de la raie, mais j’ai rapidement trouvé un requin et Pierre-Luc (Océane) en a découvert un deuxième encore plus rapidement… Nous avons donc unanimement décidé d’aller faire un petit tour en eau moins profonde en espérant que nos amis à grandes dents ne nous suivraient pas. Même sans raie manta, nous n’avons pas été déçus par l’endroit. Il y a de superbes récifs accessibles à partir de la plage et ce, dans 3 à 6 pieds d’eau.

Plongé en apnée à Normans Pond Cay
Plus tard dans la journée, Shibumi et Going Knots sont venus nous rejoindre. Après un lunch sur la plage où nous étions à la fois les mangeurs et les mangés – les moustiques sont agressifs aux Bahamas – nous nous sommes dirigés vers le côté ouest de l’ile où se trouvent des marais salants désaffectés. J’avais cette visite à mon agenda depuis notre premier arrêt dans le coin, en janvier, et mes attentes étaient peut-être un peu… surfaites. Je rêvais à la Guérande, à de longs bassins délimités par de petits chemins en surplomb permettant aux sauniers de récolter la fleur de sel, à des teintes de rose, d’ocre et de gris. Disons simplement que je rêvais au mauvais côté de l’Atlantique!

Les étangs sont difficilement accessibles en dinghy. Peut-être que lors d’une marée haute exceptionnelle il serait possible de passer le seuil de pierres qui bloque le canal, mais en ce 11 février; ça ne passait pas. C’est donc à pieds, au travers de la mangrove, que nous avons rejoint le marais salant. Si quelqu’un m’avait dit un jour que je marcherais dans une mangrove sans m’en inquiéter, je ne l’aurais pas cru. Si quelqu’un m’avait dit qu’un marais salant pouvait avoir l’air de ça, je ne l’aurais pas cru non plus… C’était très beau, mais c’était un marais, sans plus.

Un petit arrêt en route vers les marais salants. Pierre-Luc nous fait une bombe!
Il y a des haltes routières pires que d'autres!
En route pour le marais salant abandonné - les dinghies ne passent pas la digue, il faut marcher.
Marais salant de Norman's Pond Cay
Marais salant de Normans Pond Cay
Notre promenade nous aura au moins permit de récolter nos premières conques vivantes du voyage. À vrai dire, si Vincent et Lucie (Going Knots) ne nous les avaient pas montrées, je ne les aurais jamais remarquées. Au fond de la rivière, toutes couvertes d’algues, elles ressemblaient à n’importe qu’elle autre roche. En fait, elles ressemblaient à des roches couvertes de tapis shag vert foncé!

Un peu péniblement, j’ai ramené mes deux mollusques jusqu’à la plage d’une main en essayant de garder la caméra au sec de l’autre. C’est ensuite avec beaucoup de plaisir que nous avons suivi notre première leçon de nettoyage de conques donnée par Vincent. Fidèle à moi-même, je me suis mis des intestins et des œufs à peu près partout. C’était absolument dégoutant, mais nous avons bien ris.

Découverte intéressante en route: des conques!!!
Petite leçon de nettoyage de conques sur la plage. Merci Vincent!

Comments

Popular Posts