Exumas: Expédition à Georgetown

Georgetown - Volleyball Beach
23.51528° N 075.75668° O

Nous avons quitté Rolleville le 18 janvier. Nos options étaient alors de remonter vers Staniel Cay ou de descendre vers Long Island avec un approvisionnement rapide à Georgetown. Les 20 à 25 nœuds du nord-est nous ont rapidement fait opter pour Georgetown. Nous avons enfin pu profiter de vents portants, tellement plus confortables pour naviguer, et histoire de ne pas trop s'ennuyer en avons aussi profité pour inonder les cales à nouveau…

Ce qui est bien de Georgetown c’est que tout le monde fini par y arrêter. Ça permet donc de revoir des équipages perdus de vue depuis trop longtemps et d’en rencontrer de nouveaux. C’est aussi un bon endroit pour attendre qu’un xième front froid passe. Depuis deux semaines, c’est l’hiver ici aussi. La couette en duvet a repris du service et nos manteaux aussi. Évidemment cela n’a rien à voir avec les températures glaciales du Québec, mais c’est tout de même un peu moche. À entendre les habitués du coin sur la VHF, c’est le pire hiver depuis de nombreuses années. Malgré tout, il y avait hier matin 207 bateaux à Elizabeth Harbor.

Suite au déluge (j’exagère à peine) qui a rempli les cales, nous avons entrepris de déterminer une fois pour toute la source de notre voie d’eau. En chemin, Michel avait décrété unilatéralement que l’eau entrait par le joint de quille. Il est vrai que vu la façon dont l’eau se déplaçait sous la rondelle d’un des boulons il était possible d’imaginer que de l’eau s’infiltrait par le trou du même boulon. Mais, puisque nous avons refait le joint à Annapolis et n’avons rien frappé en chemin; il aurait été étonnant qu’il soit déjà fissuré.

Pour confirmer, devrais-je plutôt dire infirmer l’hypothèse, nous nous sommes mis à la recherche d’une douille de 30 mm et d’une clé dynamométrique (torque wrench). L’idée générale pour tester l’étanchéité du joint de quille est assez simple : il suffit d’enlever un des boulon et de regarder ce qui se produit. Si de l’eau apparait dans le trou, il est temps de planifier une mise en cale sèche, de démâter, d’enlever la quille et de refaire la surface de contact et le joint… Si le trou reste sec, il faut chercher ailleurs. Si quelqu'un a besoin de faire de même; les boulons de quille sur un Bénéteau 393 sont des A4-80 M20 x 100 avec une tête hexagonale de 30 mm. Rien de bien compliqué à Montréal, mais ici... trouver la dimension des boulons est seulement le début de l'aventure.

Notre quête d’outils nous aura finalement mené chez NAPA Auto Parts (A.I.D.) à une trentaine de minutes à pieds de Georgetown. L’endroit ressemble à un tout petit Canadian Tire avec pas mal plus de draps et de serviettes que d’outils. Inutile de dire qu’il n’y avait rien en inventaire dans les dimensions dont nous avions besoin. La dame au comptoir des pièces nous a confirmé qu’elle pouvait nous faire venir les outils si nous pouvions lui fournir le numéro de pièce NAPA… Comme l’ordinateur se trouvait devant elle, de son côté du comptoir, et que son uniforme était clairement identifié avec le logo du magasin, nous aurions espéré qu’elle serait en mesure de justement nous trouver l’information, mais bon… certains jours la logique reste dans le placard on dirait. Nous avons finalement abandonné lors qu’elle a mentionné que « it takes about two weeks to get things here » et d’ajouter le plus naturellement du monde « but lately things haven’t really been arriving on the mailboat ». Nous sommes donc passé au plan B : âme charitable à Montréal et livraison par FEDEX au Exumas Market à Georgetown qui offre le service de réception de colis pour les navigateurs. Après avoir réalisé que la livraison coûterait un peu plus de 265$ avant même l’ajout du 50% de taxe sur les importations, j’ai appliqué le plan C : continuer à chercher la source de la voie d’eau.

Deux des boulons de quille
Avec quelques contorsions sous la table du carré, j’ai réussi à regarder sous les planchers fixes et la source s’est rapidement imposée : le désalinisateur! Cette fois le dégât était encore frais et l’eau n’avait pas eu le temps de sécher. Après un mois de recherche, nous sommes revenus à la case départ, mais nous avons trouvé! La plaque sous la clark pump était détrempée. Le boulot de cette pompe est de prendre l’eau pressurisée à 95 psi par la pompe électrique et d’augmenter le tout à 800 psi pour ensuite la forcer au travers des membranes. Puisque pour chaque gallon d’eau douce que nous produisons, le système doit traiter dix gallons d’eau salée, il y a près de 120 gallons à l’heure qui passent par cette pompe. Pas surprenant qu’il y avait autant d’eau dans les cales.

Nous avons donc contacté JT, le technicien que nous avions rencontré en Floride, et le verdict est tombé rapidement : joints toriques (o-ring) séchés dans la pompe. Le problème est tout à fait habituel avec les plus vieux modèles et les nouvelles pièces ont été améliorées. Pour la modique somme de 100$ (merci FEDEX) nous devrions recevoir nos quatre joints au courant de la semaine. Au moins nous pouvons continuer à utiliser le désalinisateur sans risque entre temps.

Nous avons finalement vidé le carré pour avoir un "meilleur" accès à la pompe (située derrière le trou vertical au milieu de la banquette)
Puisque le camion de propane ne s’était pas présenté dans les trois dernières semaines, il est toujours coincé à Nassau pour des réparations, nous avons profité de notre expédition chez NAPA pour passer faire remplir notre bouteille directement à l’usine. Nous y sommes allés à pieds, mais il est aussi possible d’y aller en dinghy. Pour ce faire, il y a une petite plage au sud du restaurant Freddie Bananas pour accoster l’annexe. De là, il faut prendre à droite (vers le nord) sur Queens Highway et marcher jusqu’à la pancarte qui annonce le powerplant. La route à suivre sera sur la gauche et passera par-dessus une petite côte. De l’autre côté, il y a la centrale électrique au bout du chemin et le propane est sur la gauche (23.515589° N 075.787641° O). Ne cherchez pas de pancarte, il n’y en a pas. Un employé nous a vu arriver avec notre bombonne et nous a fait signe. Le remplissage pour une bouteille de 10 livres coûte 11$.

En route vers le nord, il faut tourner à gauche à la pancarte Powerplant
Passer la colline avec une superbe vue sur Elizabeth Harbor
Et prendre à gauche de l'autre côté
Retour au bateau en version hors-piste
Nous avons aussi appris qu’il est possible de faire livrer des colis au bureau de poste qui est situé dans le bâtiment du poste de police. Notez seulement qu’il faut compter environ trois semaines à partir du moment où le colis arrive à Nassau pour le recevoir à Georgetown. Je pensais avoir mal compris, mais Michel a entendu la même chose que moi. Disons simplement que l’option est disponible, mais que ce n’est pas exactement pratique.

Boutique Sandpiper en face du bureau de poste
En attendant la météo pour poursuivre vers Long Island, nous en avons profité pour nous délier les jambes un peu et avons profité des filets de volleyball au Chat N Chill. Ce qui est bien d’être autant de bateaux au même endroit, c’est que ce n’est pas trop compliqué de trouver assez de joueurs. Nous avons aussi découvert une superbe plage du côté est de Stocking Island accessible par un petit sentier qui prend sa source dans le trou à ouragan le plus au sud (23.521745° N 075.753938° O). Par vents d'ouest, il serait probablement possible de faire de l'apnée sur les coraux qui sont assez près de la plage.

Nous sommes arrivés à Salt Pond, Long Island, hier après-midi et devrions passer la semaine à remonter la côte vers le nord avant de retourner à Georgetown récupérer nos pièces.

Comments

Popular Posts