Weekend cubain

Les samedi et dimanche après-midis, tout cubain qui se respecte et qui possède un bateau dans la région de Miami semble aboutir à No Name Harbour pour une grande séance de retrouvailles, de musique latine et de barbecue. Le mouillage est tout petit, mais il y a toujours de la place pour un bateau de plus! Enfin presque.

Nous nous attendions à la jungle, nous avons finalement trouvé des plaisanciers assez disciplinés et relativement en contrôle de leurs bateaux. Il ne faut pas toujours croire ce que l’on peut lire sur Internet. Nous avons quand même eu l’occasion d’observer un yacht de 58 pieds tenter de s’ancrer avec une ancre Bruce de 20 lb. Bon peut-être pas 20 lb, mais elle était vraiment trop petite on aurait dit une caricature. Mais attention, elle était chromée, ça change tout! Pas besoin de dire qu'il a misérablement raté son coup et qu'il s'en est allé. Heureusement pour le voilier qui était tout juste à côté. Un autre yacht encore plus gros a ensuite essayer de s’amarrer au mur avant d'abandonner après quelques essais infructueux. Deux pour le prix d’un, c’est divertissant. Au moins, pas d’accrochage à rapporter et franchement l’évènement valait la peine d’être vécu. Nous ne pouvons pas nous plaindre de la musique, ni de la bonne humeur générale qui a remplit la baie pendant deux jours!

Le monsieur sur son yacht de 58 pieds qui tente de s'ancrer (à droite)... Au moins il n'a pas touché le voilier.
Une partie du mouillage, dimanche midi. Difficile à voir, mais les bateaux sont quatre de large à l'épaule sur le quai.
En revenant de l’épicerie située à 1,5 miles du mouillage, nous avons même eu l’opportunité de nous faire raccompagnée par un « voileux » local sur sa mobilette. Pas les deux en même temps quand même! Mais avec tous nos sacs et notre chariot d’épicerie, même un à la fois, il fallait le faire. Notre chauffeur s'est surnommé "le service de taxi cubain"! Vraiment très gentil.

Nous finissons de préparer le bateau pour les Bahamas et devrions être fins prêts demain. M a eu droit à une séance de frottage de coque, et son loch est maintenant libre de tourner. Le Micron Extra fait bien son travail. Nous n'avons eu qu'à passer une brosse douce et la couche visqueuse d’algues s'est détachée sans problème. Il y avait même quelques poissons bleus qui tournaient autour en espérant pouvoir se faire un lunch de ce qui se détachait. Ils ont du être déçus. Ce qui est moins drôle c’est que nous avons le début d’une colonie de bernacles qui a élu domicile sur les keel coolers du frigo (là où il n’y a pas de peinture) et je n’ai aucune idée comment enlever ça de là. Ces crustacés sont très tenaces, j’essaierai peut-être avec une lame lorsque nous serons aux Bahamas.

Bonne nouvelle! La toilette au composte fonctionne finalement. Autre bonne nouvelle; nous lui avons donné sa retraite anticipée. Un peu ironique quand même qu'elle fonctionne finalement alors que nous n'en aurons plus besoin pour plusieurs mois. Ça ne pouvait pas faire autrement. Une fois rendus aux Bahamas, nous retournerons à la toilette marine standard et utiliserons la pompe macératrice. Enfin, plus de discussion de toilette pour un petit bout de temps. Youppi!

Ça sent le sud c’est certain, nous écoutons la radio en espagnol depuis quelques jours. En fait, nous pourrions presque croire que c’est vers Cuba que nous nous dirigeons et non pas les Bahamas. Depuis samedi, nous avons même un voisin qui sonne le coucher du soleil avec sa conque (gros coquillage rosé qui a le son d’une corne de brume). On dirait Neptune qui nous souhaite bonne nuit!

Il y a quand même de pires endroits pour attendre que la laveuse finisse son cycle.
Michel "McGyver" qui se bidonne! Pas de point d'eau potable ici et nous sommes dans un parc national... Ça nous aura forcé à être ingénieux.

Comments

Popular Posts