Dernière journée de voile vers Hampton

En différé; nous finirons bien par régler la question du téléphone et de l’Internet.

Nous sommes partis tôt de Deltaville pour profiter d’un vent portant du NE qui devait nous mener vers Hampton. Nous avons fait de notre mieux pour profiter de notre dernière journée de voile avant quelques semaines, mais la vague ne nous a pas rendu la tâche facile. La baie avait été tranquille dans les derniers jours et faisait plutôt penser à un lac, mais c’est après une nuit de vent qu’il est possible de réaliser à quel point elle est grande.

Départ de Deltaville
Beau début de journée sur la Chesapeake, M est encore protégée des vagues par la pointe de Deltaville.

New Liverpool II
 Plus au large, il y avait de la houle; près du haut-fond à l’ouest, les vagues courtes déferlaient sur la coque du bateau. Bâbord amure, elles faisaient rouler le bateau exagérément; tribord, elle nous portaient confortablement. Mais c’est exactement entre les deux qu’il fallait aller. Nous avons d'abord essayés de mettre les voiles en ciseau (grand-voile d’un côté et génois de l’autre pour prendre le vent parfaitement sur l’arrière du bateau) sans tangonner le génois, mais le roulement du bateau dans la vague le refermait toujours sur lui-même. C’était le temps où jamais d’essayer le tangon pour maintenir le génois ouvert. Ce ne fut pas un grand succès; manœuvrer à l’avant du bateau dans quatre à cinq pieds de vagues n’est pas le moment idéal pour essayer quelque chose la première fois et à première vue, le tangon est un peu long.

Voiles en ciseau
Nous avons finalement décidé de sortir le spi lorsque le vent a baissé dans les douze nœuds, une manœuvre beaucoup plus habituelle pour nous et normalement sans histoire. Un peu pénible avec la vague résiduelle, mais bon, on se tient comme il faut et la voile fini par monter sans problème. C’est aussi sans problème que la manille du point d’amure s’est ouverte et que le spi est parti en drapeau vers l’avant du bateau… Oh joie. J’en ai eu pour une bonne heure à tout ramener sur le pont, démêler les drisses et les écoutes et remettre le tout en place. Avoir été sur l’autre amure, j’aurais simplement pu l’étouffer dans la chaussette, rattacher le point d’amure et le lancer à nouveau, mais, comme j’ai du l’étouffer du mauvais côté, tout s’est rapidement entortillé. Je peux seulement dire que ce n’est pas extra pour le mal de mer que de passer une heure sur le pont avant à sa battre avec beaucoup, beaucoup de tissus et à être trop occupée pour regarder autour.

La journée s’est finalement terminée à moteur, la baie étant revenue à son aspect de lac des derniers jours. C’est probablement ce qui m’aura permis d’apercevoir trois taches foncées sur tribord. Encore des filets de pêche… ça finira bien par finir. Mais non, c’était des dauphins!!! Nous espérions les voir venir vers nous, mais à la quantité de bateau qu’il y a dans le coin, ils doivent commencer à être sérieusement blasés. Ce sera pour une prochaine fois.

Concurrents de la Great Chesapeake Bay Schooner Race en route pour Norfolk
Notre plan initial était de nous rendre à la marina publique de Hampton (Hampton Municipal Piers) pour prendre un quai, faire du lavage et visiter un peu. À notre arrivée, nous avons malheureusement appris que la marina était pleine, le Hampton Snowbirds Rendezvous avait lieu ce weekend et toutes les marinas du coin ont été réquisitionnées. Nous nous sommes donc ancrés en face de la marina avec cinq autres bateaux. Je grince toujours des dents quand quelqu’un vient s’ancrer à quelques mètres de M; cette fois c’était nous le bateau trop proche. Je grinçais des dents quand même, ce n’est pas une position confortable à avoir. Au moins, la météo annonçait des vents faibles pour la nuit.

Une fois l’ancre bien accrochée, nous sommes rentrés prendre nos douches et surprise, le plancher crépitait. Oui, oui, comme s’il y avait quelque chose dessous. Nous avons tout ouvert, cherchant en vain la source du bruit. Le son était plus clair près des passe-coques. Nous avons un instant pensé à un câble électrique pris dans l’ancre, mais ces choses là sont généralement clairement indiquées. C’était incompréhensible; encore plus, lorsque New Liverpool nous a dit entendre la même chose sur son bateau… Michel a finalement découvert pendant la nuit, en cherchant sur Internet, que ce que nous entendions c’était des snapping shrimps. Des crevettes, rien de plus!

Voici un extrait sonore trouvé sur Internet. Sur le bateau c’était moins fort et moins constant, mais c’est exactement ce que nous cherchions sous les planchers.

Fish and chips chez Marker 20 à quelques pas du dinghy dock

Comments

Popular Posts