Happy Fourth of July!

L’avantage d’une marina en ville, c’est certainement d’être aux premières loges pour les festivités du 4 juillet. Puisque nous avons du aller faire réparer le génois à Ste-Marthe et en profiter pour en commander un nouveau, nous n’étions pas au bateau pour le soir du 3 juillet et les feux d’artifices de Burlington. Mais qu’à cela ne tienne, des festivités étaient annoncées à la plage de Plattsburgh pour le quatre en soirée. Quelle ne fut pas notre surprise lorsque, vers 2100h, les feux d’artifices ont commencé à monter dans le ciel à partir du parc attenant à la marina et non pas de la plage au fond de la baie.

J’avais de la difficulté à croire le chiffre astronomique d’un milliard de dollars dépensés à l’échelle nationale pour des feux d’artifices rapporté par les médias. Quelques minutes auront toutefois suffit pour me convaincre que c’était tout à fait plausible vu le spectacle qui s’offrait à nous à partir du cockpit du bateau. Un gros merci aux contribuables américains pour avoir financé une aussi belle soirée! Un autre gros merci à tous les bateaux moteurs qui ont joué de leur corne de brume pour souligner les plus beaux feux de la soirée, ça ajoutait certainement à l'ambiance à la fois festive et solennelle!

Petite capsule culturelle qui pourrait éviter un incident diplomatique sérieux au sud de la frontière. Au Québec, nous avons une chansons de Noël qui va ainsi : « Glory Glory Alleluia, Glory Glory Alleluia, Chantons, Chantons noël… ». Vous la connaissez certainement si vous êtes déjà passé par la messe de minuit un 24  décembre. Quelle ne fut pas ma confusion d’entendre l’air de la chanson un 4 juillet pour célébrer l’indépendance des États-Unis. Le Noël des campeurs en une journée aussi importante? Un peu de sérieux quand même. Un peu de recherche m’aura finalement appris que la musique de notre cantique est empruntée à une chanson intitulée The Battle Hymn of the Republic ou parfois, John’s Brown Body Song. Écrite en 1861, quelques mois après le début de la Guerre civile américaine, et publiée pour la première fois dans The Atlantic Monthly en Février 1862; cette chanson est un classique du patriotisme américain. Disons que mon répertoire de Noël vient de perdre un gros morceau.








Comments

Popular Posts