Enfin de la voile!

Après deux semaines de réparations, modifications, nettoyage, rangement et magasinage en tous genres, nous avons finalement quitté le quai pour une superbe journée de voile vendredi dernier! Notre première depuis que M est arrivé au Lac Champlain. Malheureusement, la journée s’est terminée par une déchirure dans la grand-voile (par seulement 16 nœuds de vent) et le lendemain par une fuite dans l’arrivée d’eau de la toilette. Une bonne chose que nous ayons fait un test ce weekend, car nous n’avions pas l’intention d’utiliser la deuxième toilette avant d’arriver aux Bahamas. Aussi bien la remplacer ici que là bas!

Il semble bien que nous passerons plus de temps dans la voiture à trimballer des pièces à réparer qu’à faire de la voile cet été, mais c’était à prévoir. La grand-voile a donc été réparée ce matin chez Voile Atlantis. Heureusement, M. Charette a eu la gentillesse de faire la réparation pendant que nous attendions. Plattsburgh à Ste-Marthe-sur-le-Lac, ça fait une bonne trotte quand même! Nous en avons profité pour acquérir du Dacron autocollant pour réaliser une réparation temporaire si jamais une autre déchirure nous surprenait en route. Avec le nouveau génois en commande, nous n’avions pas particulièrement envie de remplacer la grand-voile aussi.

La déchirure nous rappelle bien l’importance d’enrouler suffisamment la voile… Nous ne connaissons pas l’historique de celle-ci, mais il est clair qu’elle a passé un peu trop de temps mal enroulée et exposée au soleil. La toile était friable seulement sur les premiers centimètres tout juste après le pare-soleil. Cela explique en partie la déchirure dans aussi peu de vent. Une mauvaise orientation de la trame du tissu aurait aussi contribué à fragiliser la zone. Il s’agit apparemment d’un type de déchirure commun aux voiles Neil Pryde. Dommage. Au moins, la réparation couvre et renforce maintenant la section la plus sollicitée de la voile, ce qui devrait nous donner un peu de tranquillité d’esprit pour le voyage.

André de chez Usinage 22, après avoir sauvé l’anode du moteur hors-bord, est encore une fois en train de faire des miracles avec les poulies de l’enrouleur de génois. Nous espérons que ce sera tout pour l’été. Nous avons aussi bien hâte de faire recouper le « full enclosure » maintenant que nous avons marqué toutes les dimensions et coupé les nouvelles ouvertures, ne reste qu'à faire recoudre le tout par des mains expérimentées. Pas facile pour le cœur de passer les ciseaux dans une toile Sunbrella en parfait état!

Ce weekend, nous avons eu le plaisir de rencontrer et de naviguer avec  l’équipage d’Océane, qui partira aussi pour le sud cet automne à bord d’un Oceanis 321 (comme Olive!!). Bonne nouvelle aussi, nos voisins de quai ont décidé de partir avec leurs deux enfants dès que leur entreprise sera vendue et que la transition sera complétée. Nous ne savons pas si nous avons eu une influence ou non sur leur décision, mais je crois bien qu’il ne manquait qu’une toute petite goutte d’eau pour les faire passer à l’acte. J'aime à croire que nous étions cette goutte. Leur plan semble déjà bien réfléchi et ce sera un plaisir de les revoir sur une île lointaine dans les prochaines années!

Un brin de toilette sur notre fil électrique
"J'en ai marre de la pluie..."
Nous avons beaucoup de preneurs pour notre vieux pain
À gauche, anode du hors-bord dont le boulon s'est sectionné à Annapolis. Un gros merci à André de chez Usinage 22 qui a réussi à retirer le tout du pied de moteur. À droite, nouvelles pièces à installer.
Une belle journée de voile avec Océane

Comments

Popular Posts