Une toute petite flèche aurait suffit

Nous sommes allés faire un petit saut du côté de la marina aujourd’hui, histoire de s’assurer que M était encore dans l’état où nous l’avions laissée. Bonne nouvelle : notre fuite dans le carré semble être sous contrôle. Rien n’est réglé, mais nos efforts pour contenir l’infiltration semblent être un succès malgré la pluie intense des derniers jours.

Par contre, pour faire changement, M nous réservait une nouvelle surprise… Comme nous nous apprêtions à réinstaller la bôme, le hale-bas, le tangon et à remplacer quelques drisses sur le mât; nous avons décidé de commencer par remettre le génois en place; histoire de libérer un peu d’espace dans le bateau. Première tentative: la têtière bloque à la jonction de la deuxième et de la troisième section de l’enrouleur. Bon ça arrive, on redescend le tout et on recommence. Peut-être qu’avec un peu de tension vers le bas, vers le haut, vers l’arrière, en tournant, en tirant… Non, ça ne monte pas plus haut! Bon, la voile n’est plus dans la fleur de l’âge, peut-être que la têtière est un peu abimée et que ça coince? On sort le sac de couture et, quelques points de suture plus tard, les renforts un peu vagabonds de la voile sont en rangs serrés et nets. Plus rien ne peut accrocher, du moins dans la théorie… Dans la pratique, ça ne passe toujours pas.

Les options faciles étant maintenant écartées, ne reste qu’à monter pour aller voir de près ce qui peut bien coincer aussi obstinément. Pas particulièrement agréable de monter le long de l’étais et certainement pas élégant non plus! Heureusement le winch et Michel font le plus gros du travail. Petite note pour la demoiselle : il faudrait sérieusement se mettre en forme, mes bras crient à l’abus et à la punition, c’est honteux.

La problématique est heureusement rapidement identifiée. Après une tentative ratée de forcer la voile au travers de la résistance, c’est clair : les deux premières sections sont assemblées dans le bon sens et les suivantes sont installées « la tête à l’envers ». En gros, la gorge continue où se glisse normalement le guindant de la voile, n’est plus continue. À partir de la troisième section, le guindant n’a plus nulle part où aller et ça arrête net. Aussi simple que ça! Qui aurait pensé que Profurl aurait fait le design de ses extrusions pour qu’elles soient directionnelles? Peut-être qu’une toute petite flèche aurait pu aider? Mais non, ce serait beaucoup trop simple. Au moins, Shelburne Shipyard a reconnu qu’il y avait un problème et nous attends jeudi prochain pour remettre le tout en état de marche.  Ne reste qu’à démâter (encore!) et à réassembler l’enrouleur correctement.

Je réalise qu'il y a beaucoup de termes spécifiques à la voile dans certains de nos messages. Voici donc le manuel d'installation pour ceux qui aurait le goût de mieux comprendre ce à quoi ressemble un enrouleur: 


La jonction des deux sections. La section profonde de la gorge est à droite sur la
 section du bas et à gauche sur la section du haut.
Un peu plus près. Pas facile à voir comme ça, mais la gorge qui accueille le guindant est plus
profonde d'un côté que de l'autre. La voile n'arrive donc pas à passer.

Comments

Popular Posts